Militante intègre en faveur de la dignité humaine


Aujourd’hui, le Conseil natio­nal a pris congé de Maja Ingold, Conseillère natio­nale du PEV. Le Conseil natio­nal perd ainsi une poli­ti­cienne qui, avec ses connais­sances poin­tues des dos­siers et son inté­grité humaine a su jeter des ponts et mon­trer le che­min grâce à des solu­tions prag­ma­tiques allant au-​delà des idéo­lo­gies. Elle trans­met son man­dat en cours de légis­la­ture à son suc­ces­seur, Nik Gug­ger, entre-​preneur social de Winterthur.

Maja Ingold a débuté en 2010 au sein de la Com­mis­sion de ges­tion et des affaires juri­diques du Conseil natio-​nal, puis, dès la fin 2011 jusqu’à son retrait, a fait par­tie de la Com­mis­sion de la sécu­rité sociale et de la santé publique. Elle a pu tirer pro­fit de son expé­rience obte­nue au sein du Dépar­te­ment des affaires sociales de Win­ter­thur, qu’elle a dirigé durant huit ans.

Ingold a rapi­de­ment acquis la répu­ta­tion de média­trice sachant éga­le­ment appor­ter de l’objectivité dans les dis­cus­sions et recher­cher des solu­tions prag­ma­tiques et indé­pen­dantes de toute idéo­lo­gie. «Elle a toujours argu­menté de manière très fac­tuelle, pré­cise et per­ti­nente», décrit Viola Amherd, Vice-​présidente du groupe par­le­men­taire PDC, en par­lant du style poli­tique de Ingold.

La dignité humaine au centre

Grâce à de nom­breuses inter­ven­tions, Maja Ingold s’est enga­gée de manière per­ma­nente pour les inté­rêts du PEV Suisse. Les thèmes qu’elle a inves­tis ont tou­ché la coopé­ra­tion au déve­lop­pe­ment, la res­pon­sa­bi­lité éthique et sociale des entre­prises natio­nales et inter­na­tio­nales, ainsi que les droits de l’homme et la poli­tique des réfu­giés. Le res­pect des droits de l’homme, des droits du tra­vail et du droit de l’environnement ainsi que la pro­tec­tion et l’obligation de dili­gence envers les pays pro­duc­teurs, tout comme le com­merce des matières pre­mières, la lutte contre la cor­rup­tion, le ren­for­ce­ment de la démo­cra­tie ainsi que l’intégration des per­sonnes han­di­ca­pées, la pré­ven­tion et la pro­tec­tion de la jeu­nesse sont éga­le­ment des thèmes lui ayant tenu à cœur.

Soli­da­rité mondiale

Ses prio­ri­tés ont reflété ses moti­va­tions les plus intimes sou­li­gnant son enga­ge­ment poli­tique: «Je sou­haite contri­buer à une coha­bi­ta­tion pai­sible, ici en Suisse ainsi qu’avec les per­sonnes issues d’autres cultures, d’autres eth­nies et d’autres reli­gions. C’est pourquoi la soli­da­rité mon­diale est impor­tante pour moi, tout comme l’engagement cari­ta­tif de per­sonnes en Suisse tout comme à l’étranger. Je consi­dère cela comme une obli­ga­tion intérieure».

«Une femme du PEV trouve un com­pro­mis pour l’AI»

Son enga­ge­ment n’est pas resté sans effet. Le plan d’action natio­nal pour la pré­ven­tion du sui­cide est issu d’une inter­ven­tion de Maja Ingold. Les contre-​mesures contre les trans­ferts de capi­taux illé­gaux issus des pays en déve­lop­pe­ment, le cata­logue de mesures en tra­vail contre la radi­ca­li­sa­tion des jeunes isla­miques par des imams, la réduc­tion des pro­cé­dures pénales contre les jeunes ou encore la léga­li­sa­tion des achats tests visant la pro­tec­tion des jeunes face à l’alcool portent la signa­ture d’Ingold. Et dans le cadre de la der­nière révi­sion de l’AI, le Blick titrait: «Une femme du PEV trouve un com­pro­mis pour l’AI».

Média­trice prag­ma­tique au-​delà des dogmes et des idéologies

«L’engagement impres­sion­nant de Maja Ingold a été marqué par une connais­sance pré­cise des dos­siers, par une téna­cité per­ti­nente et par l’intégrité humaine. Grâce à son style de dis­cus­sion serein, ses connais­sances per­cu­tantes et son humour elle a su jeter des ponts et mon­trer le che­min vers des solu­tions prag­ma­tiques libres de tout dogme idéo­lo­gique. Elle a donné son empreinte au pro­fil du PEV de manière signi­fi­ca­tive. Le PEV Suisse remer­cie Maja Ingold de tout cœur pour son tra­vail poli­tique inlas­sable au pro­fit du bien des êtres humains dans notre pays et dans tout le monde», sou­ligne Marianne Streiff, BE, Pré­si­dente du PEV et Conseillère natio­nale, recon­nais­sant ainsi la valeur de l’action de Maja Ingold.

Force de la res­pon­sa­bi­lité individuelle

Maja Ingold conti­nuera à se mêler de l’action poli­tique avec son esprit cri­tique. «Nous dis­cu­tons indé­fi­ni­ment des mon­tants et des abus en matière de de pres­ta­tions sociales au lieu de par­ler des piliers prin­ci­paux des inves­tis­se­ments sociaux, soit la pré­ven­tion et l’acquisition de forces, telle que la res­pon­sa­bi­lité et les compé-​tences indi­vi­duelles per­met­tant l’autodétermination et l’autonomie», explique Maja Ingold contes­tant le sys­tème beau­coup trop com­plexe de la sécu­rité sociale.

Ou encore en ce qui concerne les objec­tifs contra­dic­toires entre les inté­rêts éco­no­miques et les droits de l’homme ou les droits de l’environnement qui touchent non seule­ment les socié­tés mul­ti­na­tio­nales ainsi que leurs filiales et leurs four­nis­seurs dans les pays riches en matières pre­mières du sud mais éga­le­ment les accords de libre-​échange de la Suisse: «La Suisse se doit de cher­cher encore le mélange éthique­ment adapté de direc­tives légales et d’engagement volon­taire per­met­tant de limi­ter le pou­voir des plus puis­sants au pro­fit des plus faibles».

Pour tout renseignement:

Pré­si­dente du parti et Conseillère natio­nale Marianne Streiff-​Feller: 079 664 74 57

Conseillère natio­nale Maja Ingold: 079 339 23 22

Domi­nik Währy, Secré­taire géné­ral: 079 688 05 55

Dirk Mei­sel, Chargé de com­mu­ni­ca­tion: 079 193 12 70

Site inter­net:

www​.evp​pev​.ch