Militante intègre en faveur de la dignité humaine

Aujourd’hui, le Conseil national a pris congé de Maja Ingold, Conseillère nationale du PEV. Le Conseil national perd ainsi une politicienne qui, avec ses connaissances pointues des dossiers et son intégrité humaine a su jeter des ponts et montrer le chemin grâce à des solutions pragmatiques allant au-delà des idéologies. Elle transmet son mandat en cours de législature à son successeur, Nik Gugger, entre-preneur social de Winterthur.

Maja Ingold a débuté en 2010 au sein de la Commission de gestion et des affaires juridiques du Conseil natio-nal, puis, dès la fin 2011 jusqu’à son retrait, a fait partie de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique. Elle a pu tirer profit de son expérience obtenue au sein du Département des affaires sociales de Winterthur, qu’elle a dirigé durant huit ans.

Ingold a rapidement acquis la réputation de médiatrice sachant également apporter de l’objectivité dans les discussions et rechercher des solutions pragmatiques et indépendantes de toute idéologie. «Elle a toujours argumenté de manière très factuelle, précise et pertinente», décrit Viola Amherd, Vice-présidente du groupe parlementaire PDC, en parlant du style politique de Ingold.

La dignité humaine au centre

Grâce à de nombreuses interventions, Maja Ingold s’est engagée de manière permanente pour les intérêts du PEV Suisse. Les thèmes qu’elle a investis ont touché la coopération au développement, la responsabilité éthique et sociale des entreprises nationales et internationales, ainsi que les droits de l’homme et la politique des réfugiés. Le respect des droits de l’homme, des droits du travail et du droit de l’environnement ainsi que la protection et l’obligation de diligence envers les pays producteurs, tout comme le commerce des matières premières, la lutte contre la corruption, le renforcement de la démocratie ainsi que l’intégration des personnes handicapées, la prévention et la protection de la jeunesse sont également des thèmes lui ayant tenu à cœur.

Solidarité mondiale

Ses priorités ont reflété ses motivations les plus intimes soulignant son engagement politique: «Je souhaite contribuer à une cohabitation paisible, ici en Suisse ainsi qu’avec les personnes issues d’autres cultures, d’autres ethnies et d’autres religions. C’est pourquoi la solidarité mondiale est importante pour moi, tout comme l’engagement caritatif de personnes en Suisse tout comme à l’étranger. Je considère cela comme une obligation intérieure».

«Une femme du PEV trouve un compromis pour l’AI»

Son engagement n’est pas resté sans effet. Le plan d’action national pour la prévention du suicide est issu d’une intervention de Maja Ingold. Les contre-mesures contre les transferts de capitaux illégaux issus des pays en développement, le catalogue de mesures en travail contre la radicalisation des jeunes islamiques par des imams, la réduction des procédures pénales contre les jeunes ou encore la légalisation des achats tests visant la protection des jeunes face à l’alcool portent la signature d’Ingold. Et dans le cadre de la dernière révision de l’AI, le Blick titrait: «Une femme du PEV trouve un compromis pour l’AI».

Médiatrice pragmatique au-delà des dogmes et des idéologies

«L’engagement impressionnant de Maja Ingold a été marqué par une connaissance précise des dossiers, par une ténacité pertinente et par l’intégrité humaine. Grâce à son style de discussion serein, ses connaissances percutantes et son humour elle a su jeter des ponts et montrer le chemin vers des solutions pragmatiques libres de tout dogme idéologique. Elle a donné son empreinte au profil du PEV de manière significative. Le PEV Suisse remercie Maja Ingold de tout cœur pour son travail politique inlassable au profit du bien des êtres humains dans notre pays et dans tout le monde», souligne Marianne Streiff, BE, Présidente du PEV et Conseillère nationale, reconnaissant ainsi la valeur de l’action de Maja Ingold.

Force de la responsabilité individuelle

Maja Ingold continuera à se mêler de l’action politique avec son esprit critique. «Nous discutons indéfiniment des montants et des abus en matière de de prestations sociales au lieu de parler des piliers principaux des investissements sociaux, soit la prévention et l’acquisition de forces, telle que la responsabilité et les compé-tences individuelles permettant l’autodétermination et l’autonomie», explique Maja Ingold contestant le système beaucoup trop complexe de la sécurité sociale.

Ou encore en ce qui concerne les objectifs contradictoires entre les intérêts économiques et les droits de l’homme ou les droits de l’environnement qui touchent non seulement les sociétés multinationales ainsi que leurs filiales et leurs fournisseurs dans les pays riches en matières premières du sud mais également les accords de libre-échange de la Suisse: «La Suisse se doit de chercher encore le mélange éthiquement adapté de directives légales et d’engagement volontaire permettant de limiter le pouvoir des plus puissants au profit des plus faibles».

Pour tout renseignement:

Présidente du parti et Conseillère nationale Marianne Streiff-Feller: 079 664 74 57

Conseillère nationale Maja Ingold: 079 339 23 22

Dominik Währy, Secrétaire général: 079 688 05 55

Dirk Meisel, Chargé de communication: 079 193 12 70

Site internet:

www.evppev.ch