Recommandations de vote du PEV Jura

En vue des votations fédérales et cantonales du 10 juin 2018, le Parti Evangélique Jura recommande aux électrices et électeurs jurassiens d’exprimer leurs votes de la manière suivante.

Un OUI confiant à l’initiative fédérale « Monnaie pleine »

Voilà des dizaines d’années que le système bancaire des pays occidentaux émet de la monnaie scripturale, sans aucune contrepartie dans l’économie réelle, pour permettre l’endettement des autorités gouvernementales et des privés, tout en favorisant par la même occasion la spéculation boursière. Le résultat en est un endettement galopant, une diminution de la valeur réelle de la monnaie et des crises financières, boursières et immobilières à répétition. L’objectif de l’initiative « Monnaie pleine » est de freiner cette spirale et d’éviter au maximum et tant que faire se peut la réapparition de telles crises. Bien sûr, elle ne peut rien garantir, ni rien prouver puisque personne ne l’a expérimentée jusqu’ici. Mais elle va à coup sûr dans la bonne direction et ne devrait en aucun cas aggraver la situation que nous connaissons depuis des années.

 

Aussi un OUI, résigné, à la nouvelle loi fédérale sur les jeux d’argent

Il est clair que nous souhaiterions réduire au minimum la présence des jeux d’argent avec leur longue liste de problèmes sociétaux qui en découlent (addiction, endettement, …). Mais comme l’objet de la loi à laquelle est opposé un referendum n’est pas celui-là, nous préférons que les citoyens suisses soient protégés du mieux possible par nos lois suisses et qu’une bonne part des revenus des jeux d’argent en Suisse soient réinvestis dans notre AVS, notre AI ou nos organisations d’utilité publique plutôt que de servir à engraisser quelques grands manitous du monde des jeux d’argent à l’étranger.

 

Un OUI sans hésitation à l’initiative cantonale pour les prestations complémentaires pour les familles

La pauvreté et la précarité ne touchent pas que les bénéficiaires de l’AVS ou de l’AI, mais aussi un millier de familles dans le Jura, dont le revenu professionnel est insuffisant pour couvrir leurs frais de subsistance. Alors plutôt que de les faire végéter dans les services sociaux avec toutes les incertitudes, la paperasse et les dégâts à l’image d’elles-mêmes que cela implique, simplifions leur situation et donnons-leur, à travers des prestations complémentaires, des ressources qui leur permettent d’envisager l’avenir à moyen terme avec confiance et avec un courage renouvelé. Un demi-pour-cent du budget cantonal c’est bien peu de chose pour redonner un petit sourire à ces concitoyens. 

 

Un NON très clair au contre-projet du Parlement cantonal à l’initiative « PC pour les familles »

Le contre-projet du Parlement n’apporte que bien peu de réponse au problème de la précarité des familles. Sous le prétexte que le canton n’a pas les moyens d’aborder le problème courageusement et avec les ressources nécessaires, il préfère saupoudrer quelques subventions supplémentaires aux primes de caisse maladie de ceux qui n’en paient déjà pas (puisqu’ils bénéficient déjà de l’aide sociale) en les privant de l’espoir dont ils ont besoin et que nous pourrions leur offrir en les sortant de leur situation précaire. Ce contre-projet est pour eux un coup dans l’eau très peu digne de l’esprit de solidarité qui a caractérisé notre canton depuis son entrée en souveraineté.